Mais avant d’arriver au parc
 
  Projet urbain et architectural fictif
    Montréal, Hoshelaga (qc)
    2008 / 3ème année design de l’environnement


    Ce travail a été réalisé en collaboration avec Pablo Newmann.
    Nous sommes sur le site de ce qui fut l’une des plus grosses usines métallurgiques du Canada. Immense d’ environ 2.5 km x 6 km, elle est aujourd’hui rasée et partiellement utilisée comme gare de triage pour les trains. La ville a pour projet d’utiliser ce terrain vacant pour faire passer le dernier tronçon de l’autoroute Bonne Aventure à l'horizon 2016. La gare de triage sera déplacée, laissant une bande de terre que nous avons investi.
    Ce lieu est donc la «fin de la ville», là où se terminent les rues orthogonales nord-américaines. C’est aussi la frontière entre un secteur résidentiel à l’ouest et un autre industriel à l’est, cernée au sud par le port maritime et au nord par le stade olympique. Un lieu perdu dans l’espace comme dans le temps puisque l’on y retrouve les vestiges d’une époque passée repris par la nature : les sous-sols de l’usine ainsi que ses nombreux couloirs sont encore présents. Remplis d’eau, ils forment des bassins et donnent à ce lieu une valeur poétique surprenante.
    Le projet tente de préserver l’essence de cet endroit fantomatique en le transformant en parc. Un nouveau quartier est créé attenant à ce dernier. Il vient se glisser sous terre et entre les bassins en utilisant lui aussi les vestiges existants. En revanche, il fourmille d’une activité incessante. Le rapprochement des secteurs résidentiels, tertiaires, industriels et des équipements permet de créer un lieu de vie dans chaque composante de la ville. Il s’agit de rendre les lieux de travail agréables, accessibles et intégrés dans la ville au même titre que le bâti résidentiel.

La coupe révèle le travail sous-sol/hors-sol qui guide l’ensemble du projet



Vue d’ensemble de la maquette


2 schémas résument les intentions



Leurs traduction à l’échelle du site