Le muscle

    Projet urbain fictif
    Nantes (fr)
    2015 / Master école d’architecture de Nantes

    La problématique de ce projet était de transformer la place Sarail en un lieu à l’urbanité forte qui intègrerait toutes les dimensions de la ville et pas seulement sa circulation automobile : la déambulation piétonne, la connexion entre les institutions et le quartier, le développement des commerces, ou encore les paysages du territoire. Le flux continu des voitures qui passent autour de la place Sarail est à priori un désavantage. J’ai choisit d’accepter sa présence en le considérant comme essentiel au fonctionnement de la ville puisqu’il s’agit en fait de l’une des entrées de ville de Nantes. Pour manifier ce flux automobile, je l’ai dans un premier temps réduit. Puis, par un marquage au sol onduleux et fluorescent, j’ai détaillé dans un apanage de couleurs et de matières les différentes voies de circulation. Des films tels que “2046”, “Enter the void” où “Reconnaissance” sont des sources d’inspiration qui ont influencés fortement mon travail.
    Pour renforcer l’attractivité de la place Sarail, plusieurs programmes ont été ajoutés. D’abord la maison des associations, qui vient d’être détruite de l’autre côté de la sèvre, est déplacée juste à côté de la place. Ensuite, de l’autre côté du pont Rousseau, une station vélib’ ainsi qu’une halte cycliste sont venues ponctuer la promenade des bords de sèvre. Le mémorial de la guerre d’Algérie, jusqu’alors enclavé par la circulation, est relié à l’ensemble de ce parcours de plusieurs kilomètres. Enfin le boulevard Charles De Gaulle a été transformé en ramblas. Des kiosques rythment l’allée piétonne, ils amenent une activité commerciale attractive, profitant de la proximité des cliniques et des habitants du quartier.

Vue de la nouvelle ramblas Charles de Gaule qui mène à la place Sarai


Etat des lieux / carte des flux


Volumetrie du projet